Les deux langues officielles du Canada sont le français et l’anglais. Selon Statistique Canada l’anglais est parlé par 65% des Canadiens, le français par 21% des Canadiens, et les 14% restant constituent les langues non-officielles. Bon nombre de Canadiens savent aussi parler les deux langues officielles.

Le paragraphe 3(1)(b.1) de la loi ‘Immigration et Protection des Réfugiés’ a pour objectif ‘de favoriser le développement des collectivités de langues officielles minoritaires au Canada’.
89% des francophones vivent dans la province de Québec (source), le reste du Canada est anglophone.
Les francophones constituent donc une minorité dans les autres provinces. On estime que le nombre de francophones vivant dans les provinces anglophones ne dépasse pas un million.
C’est pour toutes ces raisons que le gouvernement du Canada souhaite favoriser l’immigration des francophones vers les provinces anglophones.

Qui est francophone ?

Le département en charge de l’immigration est Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). Selon les instructions d’IRCC, un francophone est quelqu’un dont la langue d’usage est le français.
Est considéré comme francophone, tout citoyen d’un des pays suivants:

Algérie Djibouti Maroc
Belgique Guinée
Équatoriale
Niger
Bénin France Rwanda
Burkina Faso Gabon Sénégal
Burundi Guinée Seychelles
Cameroun Haïti Suisse
République
Centrafricaine
Luxembourg Togo
Tchad Madagascar Tunisie
Comores Mali
République
Démocratique du Congo
Île Maurice
Côte d’Ivoire Monaco

 

La langue officielle des pays ci-dessus est le français.
Si une personne est d’une autre nationalité, elle doit utiliser le français quotidiennement
(ex: être professeur de français ou travailler à l’ambassade de France ou tout autre pays francophone dans son pays d’origine). L’officier de l’immigration peut se réserver le droit de vous demander une preuve de votre niveau de français (ex: Test d’Évaluation de Français (TEF)).

Permis de travail pour les francophones

Les francophones peuvent se voir délivrer une permis de travail pour le Canada (programme de mobilité francophone). Ce programme exempte les francophones d’EIMT.
Les conditions à remplir sont les suivantes:

  • Être francophone
  • Être employé dans une province anglophone (hors Québec)
  • Se voir proposer un emploi de type 0, A ou B par un employeur canadien
  • Avoir un niveau de français égal ou supérieur à 7 (Niveau de Compétence Linguistique Canadiens – NCLC est l’outil canadien d’évaluation des compétences linguistiques pour la langue française)

L’officier de l’immigration peut vous demander une preuve de votre niveau de français et demander le score que vous avez obtenu au Test d’Évaluation de Français (TEF).
Le score obtenu doit être égal ou supérieur à 207 en compréhension de l’écrit, 310 en expression écrite, 249 en compréhension orale et 310 en expression orale (source).

Marche à suivre

Se voir proposer un emploi de type 0, A ou B (hors Québec) par un employeur canadien.

Si vous acceptez l’offre d’emploi, votre futur employeur doit créer un compte employeur en ligne via le portail d’IRCC, y poster l’offre d’emploi, et payer les frais relatifs à la conformité de l’employeur (230$).

Après avoir posté l’offre d’emploi, vous recevrez un numéro de dossier qui commence par la lettre A. Grâce à ce numéro vous pouvez ensuite faire une demande de permis de travail.

Si vous faites partie des pays exemptés de visa pour venir au Canada (ex: France, Belgique), vous pouvez voyager au Canada avec une AVE et ensuite demander un permis de travail à un point d’entrée (ex: un aéroport canadien).
Si vous avez besoin d’un visa pour venir au Canada, vous devez alors faire votre demande de permis de travail en ligne ou dans un centre de réception des demandes de visa.
Si vous n’êtes pas un citoyen américain, vous devez aussi fournir vos données biométriques.
Si vous êtes marié(e), votre époux(se) peut aussi demander un permis de travail ouvert qui l’autorise à travailler pour n’importe quel employeur au Canada. Vos enfants (s’ils sont mineurs), n’ont pas besoin de permis d’études.
L’approbation de ces demandes reste à la discrétion de l’officier de l’immigration.

Immigrer au Canada après la mobilité francophone

La mobilité francophone peut vous permettre d’immigrer au Canada grâce au système d’Entrée Express et d’obtenir la résidence permanente. Si vous travaillez à temps plein pendant au moins un an, vous pouvez collecter des points supplémentaires ce qui peut faciliter vos chances de l’obtenir. D’autres facteurs entrent aussi en compte comme votre âge, connaissances linguistiques, expérience professionnelle, votre admissibilité au Canada

Si vous souhaitez visiter, étudier ou immigrer au Canada ou avez rencontré des problèmes avec les autorités de l’immigration, vous pouvez remplir notre formulaire gratuit d’évaluation à l’immigration ou prendre rendez-vous pour une consultation afin de pouvoir vous conseiller.

Translated by Imane Daoudi

English Article

Originally written by….
Al Parsai, MA, DTM, RCIC
Regulated Canadian Immigration Consultant

Avertissement: 
Cet article fournit des informations d’ordre général. Les informations mentionnées peuvent être obsolètes. Cet article ne fournit aucun conseil juridique et ne doit pas être considéré en tant que tel. Si vous avez des questions spécifiques sur le plan juridique, veuillez contacter un avocat. Si vous avez besoin de conseils en matière d’immigration, contactez nous.”

Contact